GAGNOA : Incapable de consommer la rupture, Il tente de la tuer à coups de poings

Le nommé Boli Bi Armand marié et père de deux enfants, chauffeur de son état vient d’être condamné à 3 mois d’emprisonnement et à 200 000 F d’amande par le tribunal correctionnel de Gagnoa. Ce, pour avoir été jugé coupable des faits de coups et blessures volontaires sur la personne de Dosso Alimata.

De quoi s’agit-il ? En effet, au cours des débats de l’audience publique du mardi 9 juin 2020, il ressort que bien qu’il vit sous le même toit que sa femme et malgré la jalousie féroce de celle-ci, Boli Bi Armand tombera sous le charme de Dosso Alimata. Habitant tous, dans la même cour, il entretiendra des relations intimes avec cette demoiselle. Après plusieurs chamailles de la part de sa femme, Dosso Alimata, plus belle que le jour, décida de rompre avec Boli Bi Armand.

Selon la maxime : ‘ Il ne suffit pas d'absorber, il faut digérer’. Et ça, l’homme a du mal à digérer cette séparation amoureuse. Pour preuve, à chaque fois qu’il l’a croise sur son chemin, Boli Bi Armand engagera des discutions inutiles avec Dosso Alimata, la vendeuse d’arachides. Cette palabre à n'en point finir le conduira aux "bas-fonds" en décidant d’écourter la vie de celle-ci. 

Ainsi, sous l’emprise d’une substance dont seul lui connait les composantes, Boli Bi Armand s’en prendra obstinément à Dosso Alimata. D’une imagination surexcitée, il renversera sa cuvette d’arachides avant de lui assener un violent coup de poing tout droit dans la poitrine. L'infortunée s’écroulera à même le sol, dans les pommes. Boli Bi Armand qui tentait de prendre la fuite a été maîtrisé et mis aux arrêts. 

Dans un coma profond, la victime ne retrouvera ses sens que plus tard sur le lit d’hospitalisation du CHR (Centre Hospitalier Régional).

« Sa femme m'emmerde donc j’ai décidée de rompre avec lui. Mais il ne cesse de courir après moi (…) je ne suis plus avec lui » témoignera la victime plaignante Dosso Alimata.

"Toi petit comme cela, tu peux prendre deux femmes ? Tu n’es pas gentille. 1ère erreur, tu l’as frappée . Ta femme là même qu’est ce que tu fais d’elle ?

2ème erreur, tu as femme à la maison et tu cours après une autre au dehors. 3ème erreur, tu ne t‘occupes pas d’elle. Voici que ton mauvais comportement va t’envoyer aux bas-fonds. Les vrais hommes ne frappent pas les femmes. Si tu as force, va te battre avec tes amis garçons. La loi protège spécialement les femmes." Dira le président.

Bien que le procureur ait requis 6 mois et 500 000 F d’amande contre le prévenu, le magistrat président qui se montrera plus clément ne retiendra que 3 mois d’emprisonnement et 200 000 F d’amende contre Boli Bi Armand après qu’il soit jugé coupable des faits.  Quelle idée de vouloir flanquer un coup  dans la poitrine d’une jeune femme pour refus d'aimer ? Faut-il attendre que ce coup lui soit fatal avant d’être sévère sur une quelconque prise de décision pénale ?

Publié par AKOTO.G

Ivorycoasttribune.com